//
Etre dys à Londres

Isolement…

Quel que soit le trouble de l’apprentissage de votre enfant, le vivre à Londres nous place face à deux difficultés supplémentaires : l’isolement et la langue.

A Londres, pas de MDPH, de centres référents, d’inspection d’académie…

En France, lorsque vous informez l’enseignant de votre enfant de son handicap diagnostiqué par l’orthophoniste, une démarche se met en place. Réunion d’une équipe pédagogique, réunissant l’enseignant, le directeur de l’école, le médecin scolaire, le psychologue, un représentant de l’inspection d’académie. Des plans d’accueil et d’aménagement sont mis en place et suivis.

Même si beaucoup reste à construire en la matière en France, force est de constater que les troubles dys sont mieux connus et pris en charge à l’école.

A Londres, rien de tout cela. A l’annonce du problème rencontré, rien ne se passe, il vous faut être acteur et aller au devant. Si l’ensemble des enseignants a suivi une information sensibilisation au printemps dernier, il n’existe pas de démarches d’accueil et d’accompagnement des enfants, pas de supports… Tout dépend de vous, de l’investissement et de l’implication de l’enseignant.

C’est l’un des enjeux de notre association, soutenir les parents, mais surtout travailler avec le lycée français Charles de Gaule pour la mise en place d’une démarche à géométrie variable, à définir en fonction de la problématique de votre enfant.

Le point extrêmement positif est aujourd’hui une grande qualité du corps enseignant, de l’écoute et de la volonté de la part des enseignants. Toutefois, cela n’est pas suffisant et l’absence de démarche concertée laisse place au cas par cas, à une énorme énergie à déployer par les parents, à l’absence de cohérence et d’équité.

Une orthophoniste est présente depuis l’année dernière, toutefois, son nombre d’heures de présence est faible et l’importance du nombre de dépistage à mener, n’oubliez pas qu’il y a près de 4000 élèves au lycée français, ne lui permet pas d’avoir la disponibilité nécessaire au développement de la prévention. Elle est toutefois d’une aide précieuse dans les démarches et est très volontaire.

C’est là que nous pouvons aujourd’hui vous aider, humblement, avec les démarches que nous travaillons, pour le primaire, mais surtout pour préparer l’entrée en sixième et au collège, où la multiplicité des enseignants peut rendre la tâche plus difficile. Là encore, vous pourrez vous appuyer sur des personnes ressources, très impliquées, que seront la CPE et le professeur principal de votre enfant. L’information très en amont de ces interlocuteurs sur le trouble de l’apprentissage de votre enfant, reste une étape essentielle.

 En effet, très souvent la difficulté n’est pas connue et rien ne peut être mis en place. L’enfant, en l’absence de reconnaissance et de prise en compte, peut alors vite être en souffrance.

Parlez, échangez, tôt !

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :