//
vous êtes en train de lire...
Actus

Une école spécifiquement dédiée aux enfants « dys » à Paris

Une école spécifiquement dédiée aux enfants « dys » inaugurée à Paris

PARIS – L’école du Cerene, un établissement privé spécifiquement dédié aux enfants dyslexiques ou dyspraxiques ouvert depuis la rentrée, a été inaugurée vendredi dans le 5e arrondissement à Paris en présence de son directeur et fondateur, Hervé Glasel.

Ouverte avec deux classes de cinq élèves de CM1 et 6e, cette école du Centre de référence pour l’évaluation neuropsychologique de l’enfant (Cerene) accueille des enfants rencontrant des troubles de l’apprentissage qui, de ce fait, sont souvent marginalisés et en échec scolaire.

Comme il a constaté que dans les écoles classiques « la prise en charge n’est pas adaptée », M. Glasel a réuni à la fois des enseignants et des personnes aux compétences paramédicales (orthophonistes, orthoptistes, psychomotriciens, ergothérapeuthes) pour encadrer les élèves.

Cinq matières sont enseignées (mathématiques, français, sciences de la vie et de la terre, histoire-géographie et anglais) à raison de 4h30 de cours par jour, deux autres heures étant consacrées à du tutorat individuel et du suivi paramédical. L’objectif est que les élèves réintègrent à terme un cursus traditionnel.

Les enfants dyslexiques ne mémorisent pas lettres, syllables ou mots au niveau visuel, ce qui provoque des difficultés dans l’apprentissage de la lecture. Les dyspraxiques ont du mal à coordonner leurs gestes à leur pensée.

« On peut apprendre sans redoubler, on a notre place. Avant, je n’avais pas ma place, j’étais toujours le dernier », a expliqué Guilhem, huit ans et demi.

L’école coûte 950 euros par mois sur dix mois mais ces frais peuvent être presque entièrement couverts par les aides aux familles.

« Il s’agit un peu d’un retour aux sources, car j’ai étudié dans un grand lycée du 5e arrondissement et je voudrais rendre ce que j’ai reçu de l’école. J’y ai connu la joie d’apprendre et je voudrais donner à ces enfants les moyens d’y accéder, malgré leurs difficultés », a déclaré M. Glasel.

Après une carrière dans la banque, ce diplômé de Polytechnique s’est reconverti avec un master de recherche en neuropsychologie et il consulte aujourd’hui comme neuropsychologue clinicien.

Compte tenu de la demande, M. Glasel prévoit d’ouvrir une deuxième école, dans l’ouest parisien. Selon lui, il n’existait jusqu’alors en France aucune école spécifiquement dédiée aux enfants « dys ».

(©AFP / 19 novembre 2010 18h48)

Michel Sistac, orthophoniste

Michel Sistac
Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :