//
vous êtes en train de lire...
Actus

LA LECTURE, article de Michel Sistac, orthophoniste

Il n’y a pas de méthode optimale mais certains principes à respecter pour que l’enfant accède à la lecture.

  1.  Enseigner à l’enfant d’une façon systématique l’organisation de la lecture. Les enseignants doivent revenir à la nature même de l’acte de lire et du code de l’écriture. Il s’agit d’un code alphabétique, orienté de gauche à droite. Rien n’est évident pour l’enfant. Il s’agit d’apprendre à l’enfant la correspondance du son à l’écrit, i.e correspondance  phonème >graphème. Il faut commencer par les correspondances les plus simples, les plus fréquentes, en n’oubliant  pas que le français est plein de difficultés : e muet, lettres ambigus « c », « s » ou « k ». Le cerveau doit intérioriser si c’est « c » ou « k » par exemple.

Les lettres en miroir (écriture de de droite à gauche) si fréquentes n’ont rien à voir avec la dyslexie. Il s’agit d’un comportement normal du cerveau. Il faut aider l’enfant à surmonter cette étape. Notre système visuel a une invariance pour l’orientation du monde extérieur. Ce n’est que dans le monde artificiel des lettres qu’il est indispensable de distinguer  le « b » du « d ».

Ce qui aide énormément les enfants, c’est de bien faire pratiquer le geste de l’écriture. Une pédagogie qui associe la lecture et l’écriture, le geste et la vision est une pédagogie qui fonctionne beaucoup mieux pour que l’enfant enregistre la nature des lettres. Le geste est complètement différent entre l’écrit du « d » et du « b ».

  1. Un autre principe important : la régularité. Lire, écrire et tracer tous les jours.
  2. Le sommeil : Pendant le sommeil, tourne une sorte d’algorithme qui consolide les apprentissages. L’enfant (comme l’adolescent ou l’adulte) apprend quelque chose dans la journée. Il ne progresse plus , a du mal à l’intégrer. Il dort dessus et le lendemain matin, sa compétence a progressé. C’est tout à fait vrai pour la lecture, un peu de sommeil consolide l’apprentissage. Il a des effets très forts sur l’attention des enfants.

Et la méthode globale ?

Le cerveau ne marche pas de manière globale. Il y a cette décomposition et recomposition du mot. Le cerveau se sert des lettres et il a besoin de l’identité de chaque lettre. On a l’impression d’une lecture globale car il y a un traitement parallèle de toutes les lettres i.e notre cerveau traite les 8 lettres d’un mot en même temps. Il analyse  les lettres et la recherche a montré que ce sont les méthodes qui portent l’attention de l’enfant à chacune des lettres qui fonctionnent le mieux.

Les résultats de l’imagerie cérébrale sont intéressants : si on oriente  l’attention des enfants  vers la forme globale du mot, ce n’est pas la bonne région du cerveau  qui s’allume. C’est l’hémisphère gauche qui est activé et pas le droit. Le circuit cérébral part dans la mauvaise direction et par le biais de l’attention, l’enfant  sélectionne certains circuits qui vont être le foyer de l’apprentissage.

L’enseignant a un rôle crucial dans l’orientation de l’attention de l’enfant. Un bon enseignant est quelqu’un qui , par tous les actes, gouverne l’orientation de l’enfant en permanence sur les bons objets à apprendre.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :