//
vous êtes en train de lire...
Actus

Le conseil de classe du 2nd trimestre : Joyeuses Pâques !

L’obligation pour chaque parent de remplir les « vœux provisoires d’orientation »…

A chaque année suffit sa peine ! Et la « bataille » commence là, même s’il est dit que cela n’a rien de définitif. Déjà l’enfant va lire l’avis et c’est ce qui fera toute la différence sur son 3ème trimestre.

Les passages entre 6ème, 5ème, 4ème et 3ème se présentent.

Si vous avez quelques doutes, parlez-en avec le praticien ou l’orthophoniste qui suit votre enfant.  Il ou elle sera vous conseiller dans votre choix.

Un redoublement ne sert à rien si l’enfant est parfaitement à l’aise dans la tranche d’âge où il se trouve.

Un redoublement va créer un conflit, une dévalorisation (« je suis le plus vieux » ; « je perds mes copains, mes copines » ; « on va se moquer de moi » ; « je suis toujours dans les derniers de la classe ») et n’a pas de sens pour un enfant dyslexique, ce qui n’a pas fonctionné une année car il n’a pas eu accès aux enseignement, ne fonctionnera pas davantage l’année suivante s’il n’y a pas de projet d’aménagement des enseignements mis en place.

Les médecins spécialisés dans les troubles des apprentissages sont les premiers à prôner depuis longtemps qu’un redoublement est une année de perdue si la rééducation nécessaire à l’enfant n’est pas mise en place cette année là. Et lorsqu’ils parlent de rééducation spécialisée, nous ne sommes plus uniquement dans le cadre orthophonique, nous sommes dans un entourage fait de personnes bien aux fait de cet handicap (enseignant ayant suivit une formation spécialisée poussée dans les troubles du langage, il y en a peu).

Expérience vécue avec suivi classique d’orthophonie : 1er trimestre, beaucoup de « mal être », important délais d’adaptation, soutien psy ; 2ème trimestre, on se rend compte que les notes ne sont pas celles attendues (les difficultés demeurent) ; 3ème trimestre, un petit mieux parce qu’il y a un passage obligatoire ; il ou elle a redoublée = une année de perdue où il a fallu mettre encore plus d’énergie à positiver, où il a fallu démontrer qu’il y a un réel handicap et que le corps enseignant classique doit s’adapter.

Les passages de 3ème à 2d et à 1ère se présentent.

On parle là d’orientation. Un « bol d’air » pour nous parents car il ou elle a grandit. Il ou elle ne sait pas trop ce qu’il veut faire comme métier, mais  c’est pour tout le monde pareil !

On va alors se pencher davantage sur ses centres d’intérêt. On peut aller sur des sites pour lui faire passer des tests. Ces tests ne seront qu’une première approche, n’y voyez pas la solution miracle vous le savez bien !

http://test-orientation.studyrama.com

www.kledou.fr

www.voirdemain.com

www.phosphore.com/orientation sur celui-ci il faut s’inscrire avant de faire le test

Vous avez l’ONISEP qui est l’organisme national français de l’orientation. Vous pouvez découvrir ainsi tous les parcours possibles. Un dyslexique peut faire des études, OUI !

Vous avez également les conseillères d’orientation au lycée.

Mais pour en revenir à la feuille d’orientation à remplir, faites le avec votre enfant, il sait ce qu’il veut faire pour l’année suivante ; il s’engage, leur faire confiance, c’est toujours le plus important.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :