//
vous êtes en train de lire...
Révolte du jour !

Un moment de solitude… à partager

C’est le milieu de l’année scolaire. Votre ado, collégien dyslexique est épuisé. Difficile actuellement de le faire travailler le soir au-delà des devoirs de l’école. Journée longue, concentration épuisante. Cela est d’autant plus vrai quand il a près d’une heure de trajet pour rentrer de South Kensington. En plus, à l’âge du collège interviennent d’autres problématiques liées à l’adolescence, cela commence à être la crise, la révolte. Il s’énerve pour tout, sur tout, ne sort plus de la satisfaction du plaisir immédiat, se décourage parfois.

Vous ne savez plus ce qui relève de sa dyslexie et de l’adolescence, vous l’écoutez, l’aimez, l’encouragez. Recherchez des ressources, des trucs pour qu’il n’oublie pas la moitié de ses affaires, dont ses devoirs pour la journée, vous sentez terriblement fatiguée quand vous découvrez le matin l’impression des devoirs sur lesquels il a – et donc vous avez – passé 2 heures la veille.

Parallèlement, vous avez éventuellement d’autres enfants, eux aussi adolescents et les journées sont bien longues.

De plus le conseil de classe vient d’avoir lieu, et ce deuxième trimestre était vraiment plus long, plus difficile que le premier.

Oui, c’est une période difficile à négocier, oui il y a des moments de fatigue, de découragement. Pour votre enfant et pour vous-même. Il est important de pouvoir l’accueillir et l’entendre, il est aussi essentiel de rester mobilisé. Ne pas lâcher, par exemple avec l’autonomie, même si c’est difficile pour votre enfant. Lui faire confiance en lui posant un cadre, des trucs et ressources. Le cadre est essentiel pour lui, c’est ce qui l’aidera à se structurer, se rassurer.

A ce moment de l’année, il peut aussi être pertinent de rappeler à votre enfant, toutes les belles ressources qui sont les siennes, même si ce ne sont pas toujours celles-ci que l’on valorise à l’école. Que le fait de ne pas pouvoir les écrire toujours correctement, ne signifie pas qu’il n’a pas d’idées, de créativité. Que vous avez confiance en lui et qu’il a le droit d’être fatigué et d’avoir du mal à se remobiliser après l’école. Que la route est difficile, mais qu’il arrivera à trouver sa juste place, qu’il a toutes les capacités pour cela. Il, vous, nous ne sommes pas seuls et beaucoup ont réussi. Courage, les émotions et les mots sont déjà beaucoup moins douloureux, beaucoup moins pesants quand on a pu les poser.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :