//
vous êtes en train de lire...
Aménagements et conseils spécifiques aux examens

Élève dyslexique : comment bénéficier d’un aménagement de sa scolarité

Dossier spécial de l’Etudiant – Mai 2013

La dyslexie est un véritable handicap pour la scolarité. Heureusement, il existe des mesures permettant de compenser ces troubles de l’apprentissage, à l’école ainsi que le jour des examens, et du bac en particulier. Voici comment en profiter.

Pierre-Louis, 24 ans, vient de terminer ses études d’ingénieur à l’ICAM. Le jeune homme a été embauché, dans la foulée, à EDF. Un parcours brillant, qui n’a pourtant pas été un long fleuve tranquille. Diagnostiqué dyslexique dès le cours élémentaire, il enchaîne les séances d’orthophonie.

Plus de temps prévu pour   composer aux examens

D’immenses difficultés pour apprendre à lire et à écrire, une orthographe phonétique : la dyslexie toucherait environ 8 % de la population. Si, par le passé, ces troubles ont été attribués à des problèmes psychologiques, aujourd’hui, les scientifiques penchent plus sûrement pour une origine neurobiologique. Du reste, 70 % des dyslexiques présentent des antécédents familiaux. Et ce trouble touche plus souvent les garçons et les gauchers.

En terminale, Pierre-Louis a bénéficié d’un « tiers-temps » pour ses devoirs sur table : lorsque ses camarades disposaient de trois heures pour rendre leur copie, lui avait le droit de le faire en quatre heures. « J’avais tendance à ne pas lire les documents, je répondais aux questions en ne me basant que sur mes connaissances », raconte-t-il. Et d’ajouter : « L’avantage, c’est que cela me forçait à apprendre plus que les autres. »

Pour les épreuves du bac, Pierre-Louis a demandé, en plus de son tiers-temps, l’aide d’un secrétaire à qui il dictait ses réponses durant les épreuves. Le jour J, il a été malgré tout décontenancé, car, selon lui, « dicter un devoir n’est pas si facile ». Il a réussi toutefois à décrocher un bac S sciences de l’ingénieur.

Ses études supérieures se sont déroulées sans trop de problèmes, sauf pour l’anglais, sa bête noire, comme pour la plupart des dyslexiques. « Une fois qu’on a passé le bac, et qu’on se spécialise dans le supérieur, la dyslexie pose moins de difficultés, cela vaut le coup de se battre », encourage-t-il.

Un handicap récemment   reconnu au plan national

« Quelle galère d’être dyslexique ! » résume Jean-Louis, 46 ans, qui a dû lâcher l’école en troisième pour suivre un CAP (certificat d’aptitude professionnelle) de dessinateur publicitaire. Ce graphiste regrette de n’avoir pas pu aller plus loin dans ses études, « notamment pour la culture générale », explique-t-il.

Si, pendant longtemps, les dyslexiques ont été nombreux à redoubler et à quitter l’école de manière précoce, depuis une dizaine d’années, la situation évolue favorablement. C’est le rapport Ringard, paru en 2000, qui a permis d’élaborer le plan national pour les jeunes dyslexiques et dysphasiques (qui ont du mal à parler).

Des aides pour faciliter le   quotidien en classe

Ainsi, depuis 2005, le code de l’éducation (article L321-4) précise que, dans les écoles, des aménagements particuliers et des actions de soutien sont prévus au profit des élèves atteints de troubles spécifiques du langage oral et/ou écrit, telle la dyslexie. La même année, la loi de 2005 sur le handicap a permis d’entrouvrir un peu plus les portes de l’école aux élèves handicapés, y compris aux enfants présentant des troubles de l’apprentissage.

Concrètement, un élève reconnu dyslexique peut, en classe, utiliser des photocopies des cours au lieu de prendre des notes, écrire sur un ordinateur et bénéficier d’un tiers-temps. Lors des examens (brevet, bac, BTS – brevet de technicien supérieur) il pourra profiter en plus d’un secrétaire qui lira les énoncés, voire écrira sous sa dictée. Depuis 2013, un arrêté permettra aux candidats au bac de demander à passer les épreuves de langues à l’oral uniquement.

Plus d’info

- Le site de l’APEDA (Association française de parents   d’enfants en difficulté d’apprentissage du langage écrit et oral).

- Le site de l’APEDYS (Association des parents d’enfants   dyslexiques).

- Le blog « Dys sur dys« .

- À lire : « Scolariser   les enfants présentant des troubles de l’apprentissage (TSA) », ministère   de l’Éducation nationale (DGESCO), août 2012

 

Élève dyslexique : quelles démarches pour être accompagné ?

Les démarches pour profiter des aménagements quand on est un élève dyslexique sont longues et difficiles. Il faut constituer un dossier complet. Un bilan psychométrique doit être fait avec le psychologue de l’établissement ou un neuro­psychologue en cabinet privé. Jean-François Mery, psychologue au cabinet Alios, à Lyon (69), explique : « Le jeune passe le Wisc-IV qui mesure le QI (quotient intellectuel) ou le NEPSY, un test neurologique qui permet de voir plus précisément l’origine des troubles. »

Faire des bilans   psychométrique et orthophonique

Autre étape : s’adresser à un médecin afin qu’il prescrive un bilan orthophonique. « Par la suite, il faut contacter le médecin scolaire ou, s’il n’y en a pas, un centre référent du langage« , complète Florence Coisne, présidente de l’Apedys (Association des parents d’enfants dyslexiques) Nord-Pas-de-Calais.

Mettre en place un PAI   (projet d’accompagnement individualisé)

Le dossier entre les mains, c’est ce médecin qui met en place un PAI (projet d’accompagnement individualisé). Il verra avec la famille la marche à suivre, en particulier avec la MDPH (maison départementale des personnes handicapées).

Pour les examens : nécessité   de passer par le rectorat

S’il n’est pas forcément nécessaire de passer par le rectorat pour un aménagement de la scolarité, cette démarche est en revanche obligatoire pour passer un examen. C’est pourquoi il faudra, dès la classe de seconde, remplir un dossier à télécharger sur le site de la MPDH et l’envoyer au rectorat en passant par le médecin scolaire. Attention à ne pas attendre le dernier moment. À Paris, par exemple, les demandes doivent être déposées avant le 31 décembre.

Définir une stratégie   d’apprentissage avec vos profs

Parlez-en aussi à vos profs. C’est avec eux et le médecin scolaire que vous vous mettrez d’accord sur la stratégie d’apprentissage la plus efficace. Car ces mesures sont décidées au cas par cas. Odile Golliet, auteur de « Dys/10, le parcours de mon enfant dyslexique » (Jacques André Éditeur) conseille : « Il faut apprendre à utiliser tous ses sens, sa mémoire visuelle, auditive et même le toucher si le fait de manipuler des objets peut aider. »

Jason, 19 ans, qui a eu son bac S en 2012, raconte : « Peu à peu, j’ai compris qu’écrire sur une feuille blanche sans carreaux m’aidait beaucoup à mémoriser. De plus, cela me force à écrire droit. » Jason conseille d’apprendre ses cours en récitant à voix haute pour solliciter sa mémoire auditive.

Mais, comme l’affirme Florence Coisne : « La famille joue aussi un rôle énorme, car il faut du temps et beaucoup d’énergie pour aider l’élève à faire ses devoirs, lui lire les énoncés, le faire réciter. » Enfin, restez confiant. Certains dyslexiques célèbres, comme Mika (le chanteur, NDLR), on trouvé leur voie. Vous devriez aussi trouver la vôtre.

Paul, en BTSA aquaculture : « Dyslexique, j’avais pris l’habitude de travailler deux fois plus que les autres »

Dès le primaire, Paul a eu du mal à écrire et à lire. Surtout, il avait de gros problèmes d’orthographe. « Mais pas en calcul », souligne-t-il. Reconnu dyslexique, Paul a bénéficié d’un tiers-temps dès le primaire.

Durant sa scolarité, les profs se sont montrés particulièrement attentifs. En quatrième, il passe son brevet, qu’il obtient avec 13/20 de moyenne ; puis, il bifurque en lycée agricole.

 
https://sites.google.com/site/dixsurdys/pourquoi-ces-aides/et-si-vous-lisiez-comme-un-dyslexique

http://geod.wifeo.com/documents/Simulations-dyslexie.pdf

http://gray.reseaumicros.fr/gray/?p=629

About these ads

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Twitter: Les news

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 63 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :